La Lutte De Malene Pour Les Enterrements Naturels Après Le Tragique Meurtre De Sa Mère

 

Pour me présenter en quelques mots, je m’appelle Malene, je vis à Copenhague au Danemark avec ma fille Sophie. Mon fils Nicklas vient de déménager. Je suis un entrepreneur indépendant et dans mon temps libre j’aime écrire des livres, peindre des peintures abstraites, faire des cours de barre et des promenades dans la nature.

La nature joue un GRAND rôle dans ma vie. Je vis et respire dans la nature. Dès l’arrivée du printemps, vous me trouverez dans mon jardin, où je profite du soleil, de mes fleurs et arbres, de l’air frais, du calme et des sons des oiseaux.

 

Pourquoi j’ai recherché des enterrements naturels et trouvé l’Urne Bios ®

Ma mère n’est pas morte d’une mort naturelle causée par l’âge, ni par une maladie ou un accident, qui serait en soi tragique. Ma mère a été tuée… par un tueur en série. Cela ne pouvait être plus tragique et inutile. Je n’ai pas eu le temps de dire au revoir à ma mère, de lui tenir la main dans ses dernières minutes et de lui dire mon dernier au revoir, donc pour moi c’était très important de créer un contraste avec cette horrible fin de vie.

Je ne savais pas trop ce que ma mère voulait pour sa cérémonie de fin de vie. La seule chose que je savais, c’est qu’elle voulait être incinérée et avoir ses cendres dispersées en mer. Je n’ai pas eu le temps de lui demander si elle aimerait devenir un arbre dans l’après-vie, mais je la connais si bien que je sais qu’elle aurait adoré l’idée.

Je me souviendrai toujours d’avoir vu l’Urne Bios ® pour la première fois et d’avoir pensé: « Quelle belle idée, je veux ça quand je mourrai aussi ». J’ai décidé de répandre la moitié de ses cendres sur la mer et de planter l’autre moitié comme un arbre de Judas dans une grande jardinière dans ma cour. De cette façon, si je déménage, je peux emmener la jardinière avec moi.

L’arbre de Judas est également connu comme un arbre de la Madone ou un arbre d’amour, causé par les feuilles ressemblant à des cœurs et passant du vert au jaune doré et rougeâtre au printemps. De cette façon, nous l’avons toujours avec nous. Nous lui parlons et lui rendons hommage en allumant des bougies dans des lanternes à son anniversaire, à Noël et chaque fois que nous en avons envie. Elle grandit encore plus dans la vie en tant qu´un arbre à nos côtés. C’est la chose la plus belle et la plus significative que j’aie jamais faite.

 

Les enterrements naturels sont légales dans certaines circonstances

La dispersion des cendres humaines comme on le souhaite n’est autorisée que sous certaines restrictions – la dispersion des cendres est autorisée dans la mer par exemple – il en va de même pour la plantation d’une urne biodégradable dans un espace public tel qu’une forêt ou un parc.

Cependant les enterrements naturels, tels que une inhumation d´une urne Bios, peuvent se déroulent sur une propriété privée tant que vous en avez l’autorisation par le biais de l’Église locale. Il y a certaines conditions que l’inhumation naturelle sur un terrain privé doit respecter telles que la taille de la parcelle doit être supérieure à 5000 mètres carrés ou l’endroit où l’urne est enterrée ne doit pas être marqué. Ainsi, il ne doit pas y avoir de pierre ou de monument commémoratif  sur le site de plantation. Une déclaration est alors enregistrée sur la propriété, ce qui oblige le propriétaire à s’abstenir de creuser sur le site d´enterrement pour que l’urne puisse être touchée. Cette obligation est valable 10 ans.

En ce qui concerne les cimetières « verts » ou les cimetières naturels, il n’y en a actuellement très peu au Danemark, pas plus de 10 au plus. Depuis seulement 2008, les enterrements naturels sont autorisés dans la nature au Danemark. Bien qu’il soit légalement autorisé depuis 2008, ce n’est qu’en 2014 que le premier cimetière forestier municipal a été ouvert. En janvier 2018, la première forêt privée, Stensballegaard Skov, a été inaugurée comme lieu de sépulture forestière.

 

Comment la mort est abordée au Danemark

En cas de décès de quelqu’un au Danemark, la première chose à faire est de contacter le médecin de famille du défunt. Le médecin certifie le décès, délivre un certificat médical de décès et signale le décès aux autorités locales. Tous les décès au Danemark sont enregistrés par l’Église nationale danoise. Ce rapport, qui est également une demande d’inhumation, doit être effectué même si le défunt était affilié à une autre religion, ou non membre de l’Église. C’est le moment où la famille est convoquée pour s’occuper de la répartition des biens du défunt.

En général, l’inhumation ou la crémation a lieu dans les 8 jours suivant le décès. L’inhumation traditionnelle (ou enterrement) du cadavre est une cérémonie en déclin au Danemark. Au fur et à mesure que les gens s’éloignent de leur ville natale et donc aussi des parents et des tombes familiales, il y a de moins en moins de gens qui veulent des funérailles traditionnelles. Cela est peut-être dû à l’idée que les proches ne peuvent pas aller s’occuper d’un lieu de sépulture. Peut-être que l’aspect économique a également un impact, car un enterrement dans un cercueil sera toujours plus cher que la crémation et une urne.

Quant aux croyances des Danois concernant la mort et l’au-delà, cela dépend de leurs croyances religieuses. Les religions les plus courantes au Danemark sont le christianisme luthérien (60% de la population), suivi de l’athéisme (13,2%) et de l’agnosticisme (12,5%). De nombreux Danois croient en plusieurs superstitions entourant la mort. Quand quelqu’un décède ici, on ouvre la fenêtre pour que son âme puisse s’en aller. Cela aide un peu avec le chagrin en faisant rentrer la nature dans la maison et en donnant espoir à de jours meilleurs à venir. On place également des bougies sur le rebord de la fenêtre pour honorer le défunt. Cette tradition est courante dans plusieurs autres pays scandinaves. 

 

Le jour de la cérémonie funéraire pour ma mère a été très dure mais magnifique à la fois

Pour la cérémonie funéraire de ma mère, nous avons choisi une chapelle au lieu de l’église. Je chante dans la chorale Copenhagen Gospel Choir, donc notre chœur a chanté une chanson joyeuse pour commencer la cérémonie. Ma mère ne m’avait jamais entendu chanter dans la chorale, elle n’a malheureusement pas vécu pour voir cela avant que sa vie ne lui soit enlevée, alors j´ai amené la chorale à elle.

Ma fille a aussi chanté une chanson et j’ai fait un discours pour ma mère, où j’ai parlé de souvenirs, de quel genre de personne elle était, raconté des anecdotes qui font à la fois rire et réfléchir sur la vie et la façon dont nous la vivons.

Après cela, nous avons fait une cérémonie de lumière, où, un par un, nous sommes allés au cercueil, allumant une petite bougie cet l’avons placée sur le cercueil, et enfin nous tous ont placé une fleur sur son cercueil et lui ont envoyé nos pensées et notre amour.

J’ai invité tous les invités à l’enterrement au restaurant de mes amis, où nous avons passé un bon moment entre famille et amis. Ce fut une journée très dure mais magnifique à la fois. L’enterrement naturel dans la jardinière a eu lieu peu de temps après chez moi.

 

Malene´s Real Life Bios Urn Testimonial, a true story and her fight for more natural burial options

Image: Bios Urn

 

Mon rêve pour l’avenir de l’industrie funéraire

Après mes propres expériences personnelles et la découverte de l‘Urne Bios ®, j’ai décidé que je voulais l’offrir à plus de gens. Je suis donc devenu un distributeur des urnes Bios au Danemark. Des études ont montré qu’un Danois sur quatre ne veut pas de funérailles traditionnelles à l’église et que beaucoup veulent la forêt comme dernier lieu de repos. Je crois donc qu’une urne arbre et la possibilité d’être plantée sur un terrain privé est l´étape naturelle la plus logique dans notre pays.

En 2019, une autorisation a été accordée pour 60 plantations d’urnes biodégradables sur des terres privées (Source: ministère des Affaires ecclésiales). Le nombre n’a cessé d’augmenter ces dernières années. Je vais lutter pour que ce nombre continue d’augmenter.

J’espère que dans le futur pas très lointain, qu’il y a des possibilités de satisfaire tous les souhaits de fin de vie que chacun peut avoir, à condition que cela n’offense personne et cela soit le plus cohérent possible avec la nature. J’entends par là qu’il devrait y avoir plus de liberté de choix et plus d´options d’enterrements naturels.

Avant tout, je crois fermement que les gens devraient avoir plus de droits sur ce qu’ils peuvent faire sur leur propriété privée.

Une chose pour laquelle je lutterai est de faciliter la plantation d´urnes biodégradables sur des terres privées et surtout dans une jardinière comme je l’ai fait avec ma mère. Les gens devraient avoir plus de pouvoir pour décider quoi faire de leurs cendres ou des cendres d’un être cher, tant qu’ils soit respectueux envers les autres et la nature.

L’Urne Bios ® est 100% biodégradable et ne laisse absolument aucune trace, donc pour moi, il est très difficile de voir quels sont les arguments en contre de faciliter les choses. Nous ne sommes pas en train de parler de mettre un cadavre dans le sol, mais de planter une urne biodégradable en terre ou dans une jardinière avec un bel arbre.

Dans la grande jardinière que j’ai choisi, je peux emmener ma mère avec moi si je déménage à l’autre bout du pays ou sur un autre continent et je n’ai pas à me sentir coupable de ne pas pouvoir visiter sa tombe, car elle restera toujours avec moi, me permettant ainsi de garder nos souvenirs vivants chaque jour que je regarde l’arbre.

Ce que j´apprécie également beaucoup à propos de l’urne Bios, c’est qu’il est possible de diviser les cendres entre les êtres chers, en particulier dans le cas de situations personnelles plus délicates telles que les parents divorcés ou séparés d’un enfant décédé, afin que tous puissent planter leur arbre préféré et garder leur être cher proche tout au long de leur vie… en tant que bel arbre commémoratif. La vie après vie, j’adore tellement cette idée.

 

Et quant à mes propres rêves …

Mon parcours m’a amené à passer beaucoup de temps à réfléchir à mes propres projets personnels de fin de vie. Je n’ai aucun doute que je voudrais avoir un de ces enterrements naturels et qu’un bel arbre soit planté avec mes restes physiques.

En fait, j’aimerais devenir un magnolia blanc et rose pâle. J’ai toujours adoré ces arbres! Des fossiles ont été découverts et cela prouve que les magnolias existent depuis au moins 100 millions d’années. Par conséquent, les magnolias sont considérés comme l’une des premières plantes à fleurs à avoir évolué sur terre. Ils fleurissent longtemps et ont une belle signification. J´aime beaucoup cette idée!

 

Malene´s Real Life Bios Urn Testimonial, a true story and her fight for more natural burial options

Image: Bios Urn

 

Que pensez-vous de l’histoire de Malene? Nous aimerions beaucoup savoir ce que vous en pensez dans la section des Commentaires ci-dessous!

Vous pouvez en savoir plus sur Malene et ses initiatives pour promouvoir les enterrements naturels dans son pays sur son site Web ou sur Instagram. Nous remercions Malene d’avoir pris le temps de partager son témoignage avec nous.

Join our mailing list to keep you updated of all Bios® news and get a 10% Discount!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *